cabecera
Accueil » Publications » Articles » Ser Humano Hoy, mai 2005
logo transparente
mancha
English · Español · Português
icono facebook icono twitter

Interview de la revue “Ser Humano Hoy”, mai 2005

“La Méditation, c’est l’art de la contemplation dans le présent”

Le Vedanta Advaïta ou Vedanta Non-duel est le joyau suprême de la tradition Hindoue. Sesha enseigne le Vedanta depuis vingt ans, partageant sa découverte de liberté intérieure avec des milliers d’étudiants d’Amérique et d’Europe, à travers des cours et des retraites de méditation, ainsi que par des livres comme « Le paradoxe divin », « Les champs de connaissance » ou plus récemment « Vedanta Advaïta ».

“Le samadhi est l’état d’illumination, c’est le réveil où l’Univers révèle enfin tous ses mystères et où il n’y a qu’Être, Conscience et Félicité ».

- Qu’est-ce que méditer?

- C’est apprendre à voir ce qui “est” exactement comme cela « est ». Vous ne vous en rendez pas compte mais lorsque vous regardez le monde, vous ne le voyez pas tel qu’il est, ce que vous voyez est ce que vous « pensez » de lui. De même vous devez apprendre à vous reconnaitre sans la fâcheuse habitude de vous penser ou de vous souvenir de vous, parce que vous n’êtes pas ce que vous pensez de vous. Méditer, c’est l’art de la contempler dans le Présent, sans le penser, et être en contemplation dans le présent conduit à l’expérience Non-duelle.

- L’expérience Non-duelle ? Que voulez-vous dire?

- Penser implique forcément de se souvenir du passé ou d’anticiper le futur. Ainsi si vous pensez, vous n’êtes pas dans le présent et donc ne voyez pas ce qui Est, tel que c’est. Permettez-moi de m’adresser à ceux qui sont en train de lire « maintenant » ;  je vous invite à vous rendre compte de la chose suivante : si vous vous plongez dans la lecture, dans le présent, vous disparaissez en tant que personnes en train de lire. Mais si vous vous reconnaissez vous-même en train de lire, vous n’êtes plus dans le présent, vous êtes en train de penser.

Ne vous est-il jamais arrivé qu’à un certain moment la lecture se fasse et que vous ne soyez nulle part ? Et si vous commencez à penser, que se passe t-il ? Eh bien vous apparaissez là, en train de lire. Et lorsque cela a lieu, êtes-vous dans le présent ? Non. Et quand vous êtes dans le présent, avez-vous conscience de vous en train de lire ? Non. Le présent est un paradoxe, car il a une fonction intégrative : la Conscience est là mais il n’y a pas « quelqu’un différent ». C’est pour cela que dans le Vedanta nous disons que le présent est non-duel. C’est comme être une goutte d’eau et tomber dans le fleuve : il n’y a pas de frontière. Comme être un fleuve et déboucher dans la mer : pas de frontière. Comme être la mer et se mêler à l’océan : pas de frontière. Dans le présent, être une goutte c’est être un fleuve, et être un fleuve, c’est être la mer, et être la mer c’est être l’océan dans son entier. Ainsi, dans le présent, être goutte c’est être toute l’eau existante. Ou encore, dans le présent, celui qui connait et ce qui est connu ne sont pas différents. Le Vedanta Advaïta appelle cela Non-dualité.

- Et pourquoi ne l’appelez-vous pas unité, au lieu de non-dualité?

- Parce que la réalité ne se dissout pas en une masse unique et indifférenciée. Ainsi, notre compte en banque ne disparait pas, ni le mari, ni la femme, ni les enfants. La seule chose qui disparaisse dans le présent est la perception que ce qui est observé est différent de l’observateur. C’est comme voir son reflet dans un miroir : l’on perçoit bien quelque chose, et il n’y a donc pas seulement unité. Mais ce qui se perçoit n’est pas « différent » de soi, et donc il n’y a pas deux ; l’observateur est non-différent de ce qui est observé, et c’est cela que nous appelons Non-dualité. Cela signifie que, dans le présent, si l’on voit quelque chose, on se voit soi-même, et vice versa : si on se voit soi-même, on voit le tout. Car dans le présent on Est tout ce qui Est.

- Est-il possible d’agir dans le monde à partir de la Non-dualité, quand il n’y a pas de sentiment d’Etre un “moi” séparé ?

- Oui, bien sur. En fait l’action a lieu de manière plus appropriée, pleine, heureuse et, de plus, sans la sensation d’effort psychologique. Car ce dernier est produit dans l’action par le sentiment du « moi » et du « mien ». Le monde est plus cohérent et l’action plus juste si nous n’interférons pas de manière égoïste, et que nous laissons l’ordre « ordonner le tout ».

- Et donc, en quoi consiste la pratique de la méditation?

- Cela consiste à apaiser les pensées, ou de manière plus précise, soutenir l’attention sur ce qui survient dans le présent, sans le penser (car si nous pensons le présent, nous n’y sommes plus), et cela tant au niveau interne (la contemplation paisible en nous), qu’externe (la contemplation active dans le monde extérieur).

Lorsque nous sommes ainsi en contemplation dans le présent, nous commençons à entrevoir une sorte de totalité, sans espace ni histoire. Nous appelons Non-dualité ce type de connaissance, qui est l’étape préalable à l’état absolu de Samadhi, dans lequel l’Univers révèle enfin tous ses mystères, et dans lequel il n’y a qu’Être, Conscience et Félicité. C’est l’état d’illumination ou d’éveil.

- Comment s’est déroulé votre processus personnel ?

- Après avoir lu d’innombrables livres, depuis les textes philosophiques classiques jusqu’aux auteurs ésotériques, j’ai découvert à dix-huit ans la philosophie Vedanta. Je me suis alors consacré à une recherche exhaustive de moi-même au travers de la lecture des textes vedantins et de la méditation. Ce furent des années difficiles, car je ne parvenais pas à comprendre les concepts tels que Maya, Karma ou Brahman, et encore moins à faire l’expérience des merveilles que nous enseigne le Vedanta. Finalement,  j’ai réalisé l’expérience suprême de la Non-dualité à vingt-six ans, et alors les choses ne furent plus jamais les mêmes : à partir de ce moment, le mental était comme un livre totalement ouvert.

© Asociación Filosófica Vedanta Advaita Sesha 2006-2019 — Avis Légal · Crédits · Plan du site